I'm not sure I care

Toutes ces blagues
Toutes ces idées
Toutes ces pensées
Ces silences et ces années envolées
Cassées, écrasées, insensibles
Désolées
Désolé
Des sols écartelés

Voilà
On s'attend à des morts
Y a des mots
Et un monde qui continue de tourner
Infatigable
Et voilà
Les trous petits à petits
Dans nos réalités
Qui parlent plus
Qui encensent encore et encore
Nos imaginaires

Et voilà
On a pas eu assez de temps
On était pas assez nombreux
On voyait pas assez longtemps
On écrasait nos adieux.

Laisse moi tomber
Les années passées
Ont été insensibles
A la beauté
Les années pensées
Ont façonné l'horreur
Et l'image
De la réalité.

Voilà
Y avait pas mille moyens de parler
Pas mille solution pour écouter
Reste juste
Que tout ceux là sont morts
Et que tout ceux-là ne sont plus.
Voilà
Une société
civilisée
Libérée

Voilà qu'on y croit parfois
Mais on se réveille
La voiture est vide
Les courses sont faites

Ils parlent encore de leurs distances
De leurs pensées vulgaires
Des leurres qui passent encore et encore
On parle comme jamais
On pense comme on est. On voit ces chemins qui ne seront jamais empruntés. Et quoi donc ?Les bandes blanches devant les yeux. Y a xdu beau, on t'a dit. Surtout, y a du mieux.
T'avais la tête écrasée le plancher
du poivre dans les yeux
Le cercueil fait de tes os
Regarde
On a ôté le poivre
Tu n'as pas le droit
à la rage
Tu n'as pas le droit.
On a fait quelque chose.

Alors crève maintenant.
C'est ta faute.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://casdenor.fr/index.php?trackback/115

Fil des commentaires de ce billet