j'ai eu beau chercher, je n'ai pas trouvé d'articles basique expliquant pourquoi supposer ou indiquer qu'une personne a une maladie mentale est psychophobe. Je vais donc m'y atteler rapidement. (si ça existe, envoyez, je mettrais celui-ci hors-ligne). Je vais employer indistinctement folie, maladie mentale et trouble psy dans cet article, parce que je commence à douter sérieusement de l'intérêt de les distinguer ou de rejeter l'un d'entre eux.

ça paraît évident que chercher à dénigrer quelqu'un en l'associant à un trouble psy est psychophobe, mais cela dit, il existe un deuxième cas, plus sournois, où l'on effectue cette comparaison: pour expliquer. On retrouve par exemple ce cas dans les articles de journaux concernant Andreas Lubitz, l'homme qui a fait se crasher un avion se suicidant et tuant 149 personnes. On parle de sa dépression. Qu'on souhaite excuser ou expliquer (et ce sont deux choses différentes), on augmente la stigmatisation du groupe, donc on fait de la psychophobie. Parce que cette explication a fait apparaître un grand débat sur le fait d'interdire aux personnes dépressives de travailler dans certains métiers. Et c'est une évidence. Si on excuse ou qu'on explique un comportement par un trouble psy, alors on justifie le fait, si l'on veut éviter ce comportement, de rejeter les personnes avec ce trouble psy.

Le même schéma arrive lorsqu'on se pose la question de si une personne n'a pas une maladie mentale, vu qu'elle fait X ou Y. Les personnes qui font ce genre d'amalgame (au moment où j'écris cet article il y a eu un cas assez visible sur le twitter militant de ce genre de réflexion) n'ont pas volonté de pointer du doigt les personnes avec une maladie mentale, simplement de chercher une explication à un comportement qui leur paraît totalement aberrant. Et c'est bien le problème. L'idée que la folie serait l'explication de dernier recours, lorsque la raison elle-même semble ne plus permettre d'en donner, est profondément psychophobe. Le fait d'avoir opposé raison et folie est une connerie sans nom. (enfin si, psychophobie) La maladie mentale ne retire pas sa raison à un individu, mais surtout, il est inadmissible et particulièrement stupide de se tourner vers la maladie mentale dans le but d'expliquer une action que l'on réprouve et que l'on ne comprend pas parce que... ça n'a aucun sens.

La folie n'a pas à être opposée à la raison. Ce sont deux données totalement différentes, de même qu'on n'oppose pas sentiments et équilibre. Un trouble psy peut apparaître de plusieurs façons. Ce peut être une violence sociale (on notera par exemple le plus grand nombre de femmes souffrant de TCA), ce peut être la réaction d'un esprit face à une situation insupportable (c'est le cas des PTSD qui apparaissent en général quand notre cerveau ne parvient plus à s'adapter à ce qu'il a vécu). Ce peut être encore un problème physiologique, et l'on voit parfois des terrains génétiques propices, j'en passe et des meilleures, le conditionnement peut jouer, etc... Bref, il existe de nombreuses causes, et bien souvent plusieurs se rejoignent. Mais comme vous le voyez, aucune ici n'a de lien avec la raison. La raison peut être opposée à l'irrationnel. Mais la folie se trouve sur le plan de la maladie, du trouble. Personne n'aurait l'idée de supposer le caractère "déraisonnable" d'un corps parce qu'il est tombé malade. Il fait ce qu'il peut avec ce qu'il a. C'est la même chose pour l'esprit. On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a.

La folie n'est pas un manque de raison. Et on en a marre d'être les bonnes excuses d'une société insupportablement cruelle et violente. Foutez nous la paix.