Responsabilité et sexisme. Ça fait sacrément pompeux comme titre mais j'ai rien trouvé d'autre, donc on va faire avec. Ce dont je veux parler ici se retrouve dans les relations amoureuses comme amicales entre un homme et une femme.


Pour expliquer ce rapport à la responsabilité, je vais partir de cas concret pour aller vers des situations plus abstraites. Je vais donc parler, en premier lieu, des tâches domestiques. Il est entendu cela dit qu'il est admis que les « ouin ouin, on fait le bricolage », c'est de la connerie. Nous discutons ici entre personnes cherchant véritablement à déconstruire les conditionnements sexistes de la société, notamment dans le partage des tâches domestiques. Je prends cet exemple notamment parce qu'étant donné que c'est mon travail (même si je fais plus dans l'industriel, j'ai fait aussi dans le domestique), j'ai une vision un peu plus « ordonnée » et professionnelle de ce que sont ces tâches, qui, d'après moi, et de ce que j'en ai vu, peut aider à analyser la situation.

J'ai demandé, il y a quelques jours, à des personnes, de me lister les différentes tâches domestiques qui leur venait à l'esprit. Les réponses étaient assez similaires, avec, cependant, légèrement plus de connaissances de la part des femmes (j'ai mis de côté les personnes non-binaires cependant, d'une part parce que je parle relation entre homme & femme, d'autre part, parce que les résultats étaient très divers). Cependant, même chez les personnes qui détaillaient très précisément les tâches, une tâche n'a JAMAIS été citée, celle de la gestion.

La gestion est une tâche dont m'avait parlé un de mes chefs d'équipe, qui est très souvent, d'ailleurs, divisée en deux, la première étant la gestion du matériel, échouant à tous les travailleurs, la seconde la gestion des tâches, échouant aux chefs d'équipe. La gestion du matériel, c'est vérifier le manque de produit, le ranger, prévoir s'il faut en acheter ou le nettoyer si on ne peut le nettoyer de suite. La gestion des tâches, c'est savoir ce qui doit être fait et préparer quand ça doit l'être, vérifier que ça a été fait etc.

Dans les tâches domestiques, la gestion du matériel c'est beaucoup de choses. Vérifier que le panier à linge sale (quand on en a un) n'est pas cassé, vérifier qu'on a tous les produits pour faire le ménage, la lessive, la vaisselle. La gestion des tâches, ça peut être de faire attention au temps, parce que si on ne peut étendre la lessive que dehors et qu'il va pleuvoir durant trois jours en fin de semaine, va falloir s'adapter. Ça peut être collecter les différentes informations sur le ménage/lessive/vaisselle/cuisine/frigo pour établir la liste de courses etc.

Or, cette gestion, de ce que j'ai pu remarquer chez plusieurs couples hétérosexuels, incombe ultra-majoritairement aux femmes. L'exemple de la pluie qui va tomber est un que j'ai vu, où j'ai vu une femme signaler à son mari qu'il fallait qu'il fasse la lessive le jour-même vu qu'il allait pleuvoir le lendemain (gestion des tâches). A l'inverse, j'ai déjà vu, dans ma famille, l'homme ne pas faire la lessive car il n'y avait plus de produits, vu qu'il avait replacé la bouteille vide sur le haut de la machine lors de la dernière. (pas d'inventaire de matériel)

De manière générale, même dans les situations où l'on trouvait une répartition à peu près équivalente en terme de tâches domestiques, l'intégralité de la gestion, qui est un travail quotidien, et plus une attention aux détails qu'un véritable « acte » en lui-même, est extrêmement déséquilibré. Faire une tâche domestique, c'est un acte qui va durer un certain temps. Faire attention, c'est une attitude du quotidien, et c'est là toute la différence entre les deux. Pour atteindre un véritable partage des tâches, il est donc nécessaire qu'en tant qu'homme, nous fassions plus attention, en ce domaine… et en beaucoup d'autres.


Nous avons vu que la gestion, c'est de l'attention, mais ça n'est pas que ça, et pour montrer le second point, je vais revenir sur un tips que j'ai lu sur la toile anglophone (désolé paumé le lien), pour les hommes souhaitant combattre le sexisme et qui était « faites attention à vous, n'attendez pas qu'on exige de vous que vous alliez chez le médecin ou qu'on vous rappelle de prendre vos pilules pour le faire ». Ce passage m'avait semblé étrange à première lecture, mais le fait est qu'en regardant autour de moi, je vois énormément d'hommes qui ne vont chez le médecin qu'une fois tanné plusieurs jours par leur mère-femme-sœur-petite-amie-meilleure amie. C'est là encore une attention, mais également une responsabilité qui est laissée aux femmes. Bien souvent, ce sont elles qui vont accompagner la personne jusqu'à parfois prendre même les rendez-vous pour elle, leur rappeler la date quand celle-ci approchera etc. La gestion, c'est donc à la fois de l'attention et de la responsabilité. Et cette responsabilité rend bancale un paquet de relations hétérosexuelles.

Beaucoup de mêmes sur le net font référence à cette situation que l'on voit régulièrement, un un homme demandant ce qui ne va pas, une femme répondant « tu devrais savoir ce qui ne va pas », et tout le monde rit de cette situation qu'on a vu régulièrement. A ceci prêt que ça n'a rien de drôle. Les relations hétérosexuelles sont très largement empreintes de ce manque d'attention des hommes, au point où le fait qu'un homme repère un changement chez une femme peut être considéré comme un compliment, même quand c'est aussi évident qu'une nouvelle coupe de cheveux. Les mêmes qui sont capables de repérer instantanément si les icones sur leur ordinateur ont été déplacés, rappelons-le, et c'est quand même nettement moins important et très révélateur que le problème est bien un manque d'attention et pas un manque de capacité. De la même manière, les dates d'anniversaires oubliées. Certes, tout un chacun peut les oublier, mais le fait est que ce sont plus souvent les hommes qui oublient ces points. Vous me direz qu'on n'est pas forcé d'apprécier cette tradition et j'approuve totalement cette considération. En revanche, si vous le faites une fois qu'on vous l'a rappelé… c'est que ce n'est pas un problème de refus de la tradition, mais bien de faignantise et de report de responsabilité sur l'autre (souvent une femme encore une fois).
Niveau responsabilité affective, on pourrait parler également du fait de chercher à obtenir du soutien moral sans le rendre, établissant, là encore des relations complètement déséquilibrées. C'est d'autant plus malsain qu'un des conditionnements féminin est celui de prendre soin de l'autre, il suffit donc très simplement de ne pas lutter contre cette situation pour qu'elle s'installe petit à petit. (ce point, d'ailleurs peut aller au-delà des relations hétérosexuelles, et on pourrait revenir aux relations entre une personnes ayant des troubles psys et une personne n'en ayant pas, et également à d'autres relations d'amitié, mais ce n'est pas l'objet de ce billet, en fait, ce point fera l'objet d'un autre billet, le billet prévu à l'origine, mais que je n'arrivais pas à faire sans cette introduction, vu que je vais élargir le propos au-delà du sexisme, et parler psychophobie/neurotypisme mais aussi relations abusives, manipulation etc)



Maintenant, la question reste : comment faire attention ? Hé bien, en terme de tâches domestiques, je pense qu'il est assez nécessaire, au début, de se prendre du temps, en début et en fin de journée, pour jeter un coup d'oeil à toutes les tâches et faire celles nécessaires. Pourquoi prendre du temps encore une fois et pas de l'attention ? Parce que l'attention, ça ne se prend pas. Le temps, si. L'attention, elle viendra petit à petit que vous prendrez l'habitude. Quand vous aurez fait des lessives à 10h du soir, fondamentalement blasé parce que grmblblbl je veux paaaas, bah vous allez rapidement prendre le pli d'aller checker en passant si vous avez 3-4minutes à un moment. Arrivera même un moment où vous saurez qu'il y a de la lessive à faire, sans même avoir été regardé, simplement parce que vous vous souviendrez de la dernière (vous serez passé quand elle était en cours/étendu/autre) et que vous aurez pris l'habitude du temps entre deux machines. Et surtout, la principale différence avec la situation du célibataire, est que vous allez faire les choses à un moment qui peut vous gonfler, mais les faire quand même. Et c'est là, de ce que j'ai vu dans pas mal de situations, la différence principale entre les hommes et les femmes quand iels passent du statut de célibataires à « en couple ».

En termes de relations amoureuses & amicales, là, y a pas de secret, au début, va falloir se poser la question tous les jours je pense. 5-10min à la fin de la journée concernant les discussions avec des femmes. De qui a-t-on parlé ? Qui a initié la conversation ? Qu'est-ce que vous avez appris sur l'autre ? Il est sans doute aussi possible de vérifier auprès des femmes que vous côtoyez pour savoir comment elles voient la relation, mais c'est avant tout un travail à faire soi-même puisque justement, le but n'est pas d'accomplir X ou Y action qui finirait par donner le badge, mais de faire attention en continu, de désapprendre ce schéma foireux d'irresponsabilité. Ça reste quelque chose qui va prendre du temps, car là où faire une action est simple, basique, aisé pour qui a de la bonne volonté, ce genre de travail qui s'attaque à un conditionnement social peut être beaucoup beaucoup plus long.