Foutre la merde dans un débat est tout un art, une notion dont on ne se rend pas forcément compte, d'ailleurs, de prime abord. Si de nombreuses personnes connaissent les moisissures argumentatives (sinon, je vous invite à aller les voir ici: http://www.zetetique.fr/images/stor...), peu savent que, dès lors qu'on est sur le net, il existe également des méthodes de manipulation destinées à agresser l'autre. Je me concentrerai ici sur les techniques Internet, mais sachez que certaines peuvent être également utilisées dans la vie courante.

Voyons donc rapidement ces petites techniques de manipulation. À l'attention des modérateurs et administrateurs de forums, ces techniques, plus encore que dangereuses pour le débat, sont des techniques qui peuvent pourrir des forums entiers, et non seulement poser des soucis à un sujet unique.

I] Le transtopic
Très peu connu, le transtopic fait référence à un hors-sujet ou un rapprochement entre deux sujets. (De trans, passer à travers, et topic, les sujets) Cette méthode peut se trouver de deux façons différentes. Il existe, tout d'abord, le transtopic d'amalgame, qui va faire un rapprochement entre deux sujets et finir par les orienter tout deux en un seul et unique débat.
Ce sera, par exemple, un sujet sur le communisme dans lequel un participant va proposer l'alternative capitaliste, alors qu'il existe un sujet sur le capitalisme. Le transtopic d'amalgame est très difficile à gérer, car il se trouve à l'extrême limite du débat. Pour autant, ce type de message créé une collision entre deux sujets, et finit par empêcher le débat. L'un des réflexes alors est de se demander si l'on a ouvert le sujet par erreur, ou si l'on a affaire à du transtopic.

Le second type de transtopic est le transtopic allusif qui est le fait de faire allusion à un sujet dans un autre. En général, d'ailleurs, de nombreux autres. Cette méthode est de transtopic est extrêmement agressive. Ce sera, par exemple, fait référence aux positions philosophiques d'une personne qu'elle a expliqué dans un sujet, et le confronter à celles-ci dans un autre. En effet, s'il est possible de faire l'inverse dans ce cas précis (prendre la position de quelqu'un dans un sujet, et en parler dans le sujet philosophique), c'est, justement, parce que l'un des deux sujets concerne la pensée en elle-même. Mais le faire dans l'autre sens revient littéralement à harceler un individu. Cela, de plus, détourne totalement le sujet en question, et le réduit à une confrontation entre deux individus.

Le danger du transtopic, qu'il soit d'amalgame ou allusif, reste le même. Il réduit les sujets à une confrontation entre celui qui fait le transtopic et celui ou ceux visé(s) par son message, et met en place un phénomène d'agression, tout en fermant brutalement le débat.
Si vous voulez savoir si vous avez affaire à du transtopic, et non simplement à un rapprochement, il suffit de considérer plusieurs points:
1- Le message, au sein d'une conversation multiple, est-il adressé à une seule personne ?
Les messages de transtopics sont généralement à l'attention d'une seule personne. 2- Le message s'intègre-t-il à la conversation ou la modifie-t-il en profondeur ?
Les messages de transtopics ne s'intègrent pas à une conversation, il modifie le sujet de celle-ci. 3- Est-ce que, si nous étions dans une discussion autour d'une table, ce message serait accepté par les interlocuteurs ?
Dans beaucoup de cas, le transtopic, particulièrement allusif, est un discours à deux. Si vous étiez cinq à discuter, accepteriez-vous qu'un en apostrophe un autre et ne vous laisse pas poursuivre votre discussion pour parler d'un débat d'il y a trois jours ? Non. 4- Le message aurait-il pu être strictement le même dans un autre sujet ?
Si un message peut exister dans un sujet comme dans un autre, alors le message ne devrait être ni dans l'un, ni dans l'autre, mais généralement en messagerie privée.


II] Le missspell.
Certains connaissent déjà le misgender, cette manière qu'on peut avoir de parler d'une femme au masculin ou d'un homme au féminin, qui est, au mieux humiliante lorsque c'est un compliment, au pire purement et simplement une méthode d'insulte.
Le missspell est également une méthode de violence mais plus présente sur le net que dans la vie réelle car se basant sur les pseudonymes. Si personne n'oserait vous appeler Alalisse quand vous vous nommez Alice, en revanche, sur internet, les erreurs sont courantes. Les pseudonymes, aisément complexes, ont permis de développer cette méthode d'agression, à savoir le fait de détourner un pseudonyme, soit en lui accolant constamment des fautes aléatoires. Dans certains cas, elles n'hésitent même pas à carrément faire des jeux de mots avec les pseudonymes de l'autre, ou à l'écrire, en début ou en fin de texte, de manière correcte.
Cette méthode est particulièrement perverse, car elle se confond aisément avec une simple erreur. Il faut alors regarder si la personne s'est vu signalée son erreur, la lui signaler, et exiger qu'elle y fasse attention.
Une méthode particulièrement perverse du misspell consiste à prêter des propos à quelqu'un qui ne sont pas de lui, mais d'un autre, et ce, en rapprochant les deux pseudonymes. Cette méthode est plus rare mais elle existe, tout comme son inverse, prêter des propos de quelqu'un à un autre, tout en s'insurgeant violemment.


III] La fausse-amitié
Ahh, la fausse-amitié. Cette méthode d'agression est simple, et surtout, n'est pas repérable par tous les lecteurs d'un sujet. En effet, cette méthode est celle consistant à faire une blague, ou à faire semblant de rire à une personne dont on sait qu'elle ne nous supporte pas. Ainsi, un simple clin d'oeil, ce qui semble être juste un mot taquin de la part de quelqu'un, peut se révéler être une véritable agression si l'on sait que les deux ne peuvent pas se supporter. La fausse-amitié a pour but de placer l'autre personne dans un sentiment inconfortable. Elle n'advient pas lorsque les deux individus se trouvent en train de s'énerver l'un contre l'autre, mais bien après que l'antagonisme se soit installé.
La Fausse-amitié peut également être vue comme une méthode pour se réconcilier, mais il convient, là aussi, de savoir distinguer très clairement les messages qui apportent quelque chose à une discussion, de ceux qui n'apportent qu'une réflexion taquine. Il convient d'apprécier une situation dans son ensemble pour voir si oui ou non on a affaire à quelqu'un qui agresse de cette manière
Le danger principal de cette méthode est que la personne, mise dans une position inconfortable, peut brutalement s'énerver, et se faire sanctionner parce que la modération n'aura pas pu voir "le soucis dans le message".


IV] Le directpost
Le directpost est une méthode également très perverse d'agression qui consiste à poster juste après quelqu'un, et ce, dans n'importe quel sujet, soit pour répondre à ses propos, soit pour, au contraire, les ignorer et poursuivre la discussion. Le directpost est également une méthode de déstabilisation qui force une personne à constamment s'occuper de l'autre, que ce soit parce qu'il va falloir lui répondre, ou simplement parce qu'il va constamment voir que la personne parle après lui. Le directpost donne la sensation d'être suivi, épié au fur et à mesure de ses propos, et peut aisément pousser la personne agressée à s'énerver, une fois de plus, devant un message qui ne semble pas poser de soucis, de prime-abord.



V] L'ignorance allusive
Une dernière méthode de déstabilisation est l'ignorance allusive, c'est à dire le fait de parler d'une personne sans s'adresser à elle, parfois en la mentionnant à la troisième personne, alors que celle-ci a répondu dans le sujet, parfois sans la mentionner, mais en la citant, parfois, sans mentionner ni citer. La troisième est la plus complexe à repérer, mais, fort heureusement, la moins agressive. La plus agressive, étant de citer sans mentionner la personne que l'on cite, puisque celle-ci saura immédiatement qu'on parle d'elle, mais ce sera comme un "message privé au vu de tous".



Voilà, j'ai noté quelques méthodes de manipulation et d'agression sur internet. Peut-être en rajouterai-je dans le futur, mais celles-ci sont les plus courantes qu'il m'ait été donné de voir. Précisons, mais est-ce bien utile, qu'elles peuvent se cumuler au sein d'un seul et même message.