vendredi 3 novembre 2017

Masculinisme bienveillant

On va parler un peu de ces deux textes, et .

Je me rappelle avoir lu des articles parlant du sexisme bienveillant, et du sexisme hostile, de la manière dont ils s’imbriquent. Ici, nous pouvons voir un pendant de la toxicité masculine qui fonctionne sur un principe similaire : Le masculinisme bienveillant, celui qui donne l’illusion de s’inquiéter pour les hommes mais est avant tout une marque de haine envers les femmes, le pendant bienveillant du masculinisme que l’on voit plus souvent sur internet, et qui est très lié à celui-ci.

Prenons donc cette histoire. A première vue, ce que l’on voit, c’est Florian, l’homme timide, l’homme fragile, celui qui essaie de surmonter sa timidité et se fait écraser par Eva, femme charmante mais cruelle. Elle est cruelle, elle lui balance le numéro anti-relou parce qu’il était moche et que c’était un boloss. Elle lui file et elle en rit avec ses copines. Elle est l’archétype de la femme tromperesse, celle qui cherche à ridiculiser les hommes, celle qui s’amuse tandis que l’homme subit ses méchancetés, jusqu’à se suicider.

Quand on y regarde de plus près, jamais on ne se demande pourquoi Florian se suicide. On ne questionne pas un seul instant le fait que la masculinité établit comme valeur d’un individu sa capacité à être « haut placé » sur le marché de la drague. Florian veut se suicider car il a compris qu’il « ne doit plus jamais parler à une femme ». Nulle part le narrateur ne questionne le fait que Florian ait fait de la réussite ou de l’échec de sa drague une raison de vivre ou de se suicider. Ça n’est pas pertinent. Florian a su « dépasser » sa timidité, et en échange, on s’est moqué de lui.

Pourtant, en réalité, Florian ne sait pas qu’on s’est moqué de lui. Il ne reçoit que le sms du numéro anti-relou. « Bonjour! Si vous recevez ce message, c’est que vous avez mis une femme mal à l’aise. Avec vous, elle ne s’est pas sentie en sécurité. Ce n’est pas très compliqué : Si une femme vous dit « non », inutile d’insister. Apprenez à respecter la liberté des femmes et leurs décisions. Merci. »
Florian ne sait pas qu’Eva l’a rejeté car « moche et boloss ». Il ne sait pas qu’elle en rit avec ses copines. Ça, c’est le narrateur qui l’indique. Lui n’a que ce message. Et ce message lui fait considérer qu’il doit se tuer. Il considère qu’une femme se sentant mal à l’aise aurait dû se taire plutôt que de lui dire. Il ne considère pas un seul instant qu’il ait fait une erreur, non, il prévoit de se tuer.

Les personnes qui lisent, eux, savent. Le message est clair. Eva est une ordure. Elle est l’archétype de la femme trompeuse, celle qui fait semblant, qui joue avec les sentiments des personnes. En effet, rien dans ses propos n’indiquent un danger qu’elle ait ressenti. Le numéro anti-relou est clairement mis en avant comme un moyen pour les femmes d’humilier les hommes.

Nulle part dans le texte n’est mis en avant la moindre question sur la raison d’être du numéro. Florian est courageux, courtois, gentil, timide, inquiet, il est l’archétype de l’homme fragile qu’une femme doit donc protéger en faisant attention à lui. Quant à elle, elle n’existe pas. Elle n’est pas là en tant qu’individu, elle est là uniquement parce que lui l’intéresse, la façon qu’on exige d’elle qu’elle réagisse est entièrement liée aux intentions de Florian. Elle est son faire-valoir. Vu qu’il a surmonté sa timidité, vu qu’il l’a approché gentiment, elle doit être gentille avec lui. On présente même une femme qui n’a pas été inquiétée, parce que l’idée reste qu’elle n’avait aucune raison de l’être, Florian étant un mec « bien ».

Passons au second texte. Cette fois-ci, on se place du point de vue d’Eva. Mais cette fois-ci, on admet le danger réel. On créé un homme dont on n’a pas un seul instant supposé qu’il était timide, ou gentil. On fait l’agresseur parfait. Mis en déroute… par un homme.
Ce texte qui s’ajoute au premier vient de la même personne et c’est important car il y a deux choses à noter.

D’une part, il pointe un problème qui a été mis en avant par des féministes depuis l’origine du numéro anti-relou, à savoir le danger d’agression par des mecs vérifiant le numéro. Mais surtout, il met en avant qu’un homme vient sauver la femme. Cette fois-ci, il y a la figure du sauveur, et le sauveur, c’est… un homme. On s’attendrait presque à ce qu’il ait été nommé Florian, mais en réalité, c’est plus subtile que ça.
La jeune femme s’appelle Eva. Le même prénom que dans le premier texte. Le même endroit également : à l’attente du train. On a cette fois-ci un jeu double entre les deux textes. Le premier met en scène une femme cruelle, et un homme gentil, le second une femme du même nom, sur un même endroit, un homme cruel qui l’agresse et un homme gentil qui la sauve. Les deux histoires se suivent très bien et font un double jeu vis-à-vis des femmes.

Le numéro anti-relou est une forme d’humiliation du mec bien, et face au mec pas bien, il vous met en danger et seul le mec bien pourra vous sauver. La question implicite, en filigrane, étant « si vous humiliez le mec bien, viendra-t-il vous sauver ? »

Bien évidemment, il n’y a aucun moyen pour quelque femme de distinguer le mec bien du mec méchant. Mais c’est le principe du masculinisme que de ne pas considérer le point de vue de la femme, mais uniquement celui du mec, et, de fait, du mec bien. Qui sait qu’il est un mec bien. Et qui ne doit donc pas subir X ou Y.

La personne qui a fait ces textes aura, dans ses réponses sur twitter, des messages comme « S’il est moche et riche, ça passe » quand on parlera harcèlement. Il parlera « détresse affective », plutôt que de chercher ce qui fait dans la masculinité qu’un homme peut se juger en valeur du fait de l’intérêt que lui portent les femmes. Notez bien : le masculiniste ne questionne JAMAIS la masculinité en elle-même. Florian décide de se tuer, non pas à cause de la masculinité, mais bien à cause de la femme (forcément cruelle). Aux hommes qui l’envoient chier, il n’hésitera pas à répondre « énorme Cuck » ou encore, à la question « C’est bien eux qui font genre de ne rien voir quand une meuf se fait harceler ? » un immédiat « si la meuf est moche faut pas déconner » (on notera d’ailleurs que, dans les deux textes, Eva est caractérisée par sa beauté en premier lieu)


La masculinité exige que les femmes s’occupent des hommes qui souffrent, ne soit pas dure avec eux, voire sortent avec parce qu’ils sont « gentils ». Le mythe du Nice Guy, du friendzoné, c’est avant tout, non pas l’idée qu’une femme ne peut pas dire non, mais bien au-delà de ça, l’idée qu’un homme qui fait certaine chose DOIT recevoir un oui. La femme n’est même pas considérée en tant qu’individu, c’est l’homme. Celui qui surmonte sa timidité. Celui qui est courageux d’oser parler à une femme dans la rue.
Si on replace ça de façon neutre : « un homme surmonte sa timidité et fait peur à une femme dans la rue » subitement, ça paraît beaucoup moins sympathique pour l’homme en fait. Mais ça impliquerait de considérer le sentiment des femmes.

Alors oui, effectivement, des hommes sont en détresse affective. Des hommes sont timides. Des hommes galèrent à trouver le moyen de parler à des femmes. Mais tout cela, ce n’est pas la faute des femmes. C’est avant tout la faute à la masculinité qui considère que parler à une femme, la draguer, est un acte performatif jugeant l’homme, sans prendre en compte le moins du monde la femme en face.

samedi 14 octobre 2017

La manipulation; une définition trop floue, des dégâts trop concrets.

Manipulation (mentale) : pratique visant à agir sur la volonté ou le libre-arbitre d’autrui. Manipulation : « action d’agir sur quelqu’un de façon suspecte pour l’amener à faire ou penser ce que l’on souhaite » Voici certaines définitions que l’on peut trouver sur Internet. Le problème avec ces  […]

Lire la suite

samedi 30 septembre 2017

Des analogies #1

Fait quelques temps que j'ai remarqué certaines analogies que je trouve assez claire pour expliquer un point de vue. Alors allons-y pour la première: le stylo. Capitalisme & humanisme: comment expliquer que le capitalisme est un système inhumain intrinsèquement. Imaginons que le but soit  […]

Lire la suite

samedi 23 septembre 2017

C'est maintenant que ça se joue et toi tu méprises les autres ?

Pas envie de faire d’introduction fun ou quoi ou qu’est-ce. On va parler de cet article Parce que mon dieu que ce genre de texte m’insupporte. Allons-y donc pour une petite analyse de texte. Le titre tout d’abord créé une opposition directe entre d’un côté le caractère majeur de la situation, et de  […]

Lire la suite

lundi 24 juillet 2017

Les relations bancales

Je voudrais étoffer un peu mon article sur sain-e/malsain-e gentil-le/méchant-e, en parlant précisément des couples, et des relations bancales. Le problème dont je veux parler n’a pas pour but de défendre les abus, mais bien de relever les cas où une relation peut devenir malsaine, sans qu’aucune  […]

Lire la suite

mercredi 22 mars 2017

Tutoriel

Comme au sortir d’une cinématique le jeu vidéo reprend le soleil se lève midi seulement, voilà que je reviens accablé d’histoire au milieu des mémoires d’un autre qui fut mien. Voilà les souvenirs qui s’épanchent à mes oreilles Et mon esprit déboussolé cherchant les contrôles usuels. Voilà le z qui  […]

Lire la suite

samedi 25 février 2017

(Ré)apprendre à aller mal

(tw; idées suicidaires, incluant possiblement, j'ai pas encore écrit, alcool, automutilation, et description des envies) "C'était plus simple quand j'étais suicidaire" C'est une pensée qui me vient de temps à autre. Aller mal quand j'étais suicidaire était plus facile, aujourd'hui que je  […]

Lire la suite

dimanche 1 janvier 2017

Bipolarité et toxicité par Jaythenerdkid (traduction #4)

Cet article est la traduction de celui de Jay the Nerd Kid (@jaythenerdkid sur twitter, itsjaythenerdkid sur facebook) dont la version originale (en anglais) est disponible ici: https://www.facebook.com/itsjaythenerdkid/posts/946273982141145 Gardez en tête que si j'ai un bon anglais, la traduction  […]

Lire la suite

dimanche 4 décembre 2016

Apparté, psychophobie, classe101

j'ai eu beau chercher, je n'ai pas trouvé d'articles basique expliquant pourquoi supposer ou indiquer qu'une personne a une maladie mentale est psychophobe. Je vais donc m'y atteler rapidement. (si ça existe, envoyez, je mettrais celui-ci hors-ligne). Je vais employer indistinctement folie, maladie  […]

Lire la suite

mardi 1 novembre 2016

Entraide & militantisme "safe & trigger warning" #2

On continue le petit tour entre monde militant et monde de l'entraide avec "safe" et "trigger warning". "Safe" a vu son sens drastiquement changer ces derniers temps. A l'origine, le terme était utilisé pour indiquer qu'une personne suicidaire étant en sécurité, donc  […]

Lire la suite

lundi 31 octobre 2016

Entraide & militantisme "Nos identités sont politiques" #1

J'ai hésité à balancer un bon gros titre en mode troll "votre identité est politique foutez-nous la paix", ou un truc du genre, mais d'une part, j'ai rien trouvé qui me plaisait, d'autre part, le débat est déjà largement assez clivé pour ne pas commencer dans le brutal. (croyez-moi, c'est  […]

Lire la suite

jeudi 28 juillet 2016

Volée musicale #10

Tellement de choses à rajouter... Take me to Church, principalement pour la performance de Sergei polunin Secret par The pierces (j'aime assez également le mix de Nightcore) You're so creepy, la reprise de Nightcore. (je la préfère à l'original de Ghost town) Genesis de Grimes Fade de Alan Walker  […]

Lire la suite

mercredi 29 juin 2016

Milieu militant, débat et méthode du choc

On va poser rapidement les bases de ce que j'appelle méthode du choc. c'est un procédé rhétorique visant à provoquer un choc chez la personne en face pour lui faire prendre conscience du mal-fondé de sa position ou de ses propos. La méthode est simple, on fait un amalgame entre cette personne et une  […]

Lire la suite

lundi 23 mai 2016

Les mots ne sont pas si importants

Pendant mon mois de repos, j'ai réfléchi à pas mal de choses. Cela faisait un bout de temps que j'étais un peu gêné par la manière dont, dans certains milieux militants que je fréquente, on s'attache au langage et à sa déconstruction. Il faut dire aussi qu'autour de moi, il se trouve des personnes  […]

Lire la suite

mercredi 13 avril 2016

Tu es psychophobe. Oui. Comme tout le monde en fait.

J'ai lu ceci aujourd'hui. Outre le fait que je suis on ne peut plus d'accord avec cet article pour la simple et bonne raison que ce genre de pression, si elles avaient plus d'influence sur moi (typiquement si j'étais une femme), aurait un impact catastrophique sur ma santé mentale, le fait de me  […]

Lire la suite

lundi 4 avril 2016

Cis et agenre

Agenre et cis. Ces deux mots, très souvent, posent soucis. Soit on les utilise pour nier le fait que je sois agenre, soit pour nier le fait que je sois cis. Pourtant, ces deux données sont parfaitement cohérentes, étant donné qu'elles font parti, dans mon cas, de deux oppressions différente.  […]

Lire la suite

mercredi 30 mars 2016

Jean mich du PMU vs les tapotes sur l'épaule entre concerné-e-s

Oui, les personnes qui ont eu ces propos se reconnaîtront. Non, je vais pas les nommer, mais oui, je vous cible très joyeusement. Bon, soyons honnête, vous n'êtes pas les seules visées. Vos propos sont assez récurrents dans les milieux militants et cette opposition entre ces deux types de  […]

Lire la suite

mardi 22 mars 2016

"Folie douce" est un terme psychophobe

Petit article rapide pour décortiquer le terme "folie douce", parce que j'ai déjà vu des personnes l'employer, concernées ou pas. Ce terme ne doit pas être utilisé. Folie douce, pour désigner les troubles "légers" Le terme léger ici fait référence aux troubles dont l'impact sur  […]

Lire la suite

dimanche 20 mars 2016

Individualisme, ressenti, les travers de la lutte militante contre la psychophobie

Je suis en colère. Pour celleux n'étant pas au courant, blogschizo a publié cet article. Suite à celui-ci, des personnes du groupe en question sont venu s'indigner que les témoignages avaient été récupéré et déformé sans l'autorisation de leurs auteurs. Plusieurs choses posent problème ici. D'une  […]

Lire la suite

dimanche 13 mars 2016

Responsabilité et sexisme

Responsabilité et sexisme. Ça fait sacrément pompeux comme titre mais j'ai rien trouvé d'autre, donc on va faire avec. Ce dont je veux parler ici se retrouve dans les relations amoureuses comme amicales entre un homme et une femme. Pour expliquer ce rapport à la responsabilité, je vais partir de cas  […]

Lire la suite

- page 1 de 5